Au-delà des chiffres: le recensement de 2020 et la pandémie de COVID-19

Jeudi 9 avril 2020 par Monxo López

Le dénombrement effectué par le recensement offre une vue à haute résolution de la population des États-Unis. Mais au-delà, le recensement lui-même comme un processus offre un aperçu des conditions du pays au moment du décompte. Les questions qu'il pose, les étiquettes qu'il utilise pour se référer à des groupes de personnes, les conditions dans lesquelles l'énumération se produit réellement, les méthodes et outils statistiques utilisés pour le dénombrement après l'énumération, les réactions des différents États aux résultats officiels: tout cela reflète une plus large et les tendances socio-économiques, politiques et même philosophiques importantes du pays et de notre ville.

En 2020, le recensement est mené principalement en ligne - un changement important après des décennies de ménages envoyant leurs réponses auto-déclarées. Les réponses au recensement doivent refléter la situation des ménages au 1er avril 2020 (jour du recensement). Cependant, à cette date précise, New York était sous le coup d'une ordonnance de verrouillage en raison de la pandémie COVID-19. Les écoles et les entreprises non essentielles ont été fermées, des centaines de New-Yorkais étaient au chômage et beaucoup meurent dans une tragédie aux proportions étonnantes. Dans ce contexte de pandémie, comment la crise actuelle du COVID-19 pourrait-elle se refléter dans le recensement de 2020? L'impact pourrait se faire sentir non seulement en termes de chiffres précis, mais aussi en termes de niveau de participation et de temps nécessaire au traitement des données, entre autres facteurs.

Cette idée du recensement comme miroir d'un contexte sociétal plus large est aussi ancienne que le recensement lui-même. Considérons, par exemple, quelque chose d'aussi fondamental pour l'histoire et l'identité du pays que l'institution de l'esclavage. Le tristement célèbre «compromis des trois cinquièmes» (article 1, section 2, clause 3 de la Constitution américaine) peut être compris comme un ensemble d'instructions spéciales sur la manière de peser les êtres humains énumérés. dans le recensement à des fins fiscales et de représentation politique. Il est intéressant de voir comment cette clause a affecté les énumérations au cours de la période. Les personnes réduites en esclavage ont été enregistrées individuellement car l'enquêteur les a trouvées dans chaque ménage; mais ils ont ensuite été comptés comme les trois cinquièmes (60%) d'un être humain, et non comme des personnes à part entière. Alors que les délégués du nord fondateurs du pays à la Convention constitutionnelle de Philadelphie s'étaient opposés au dénombrement des esclaves dans le recensement fédéral proposé, les esclavagistes blancs du sud ont remporté une victoire importante mais partielle. Le décompte des trois cinquièmes de chaque personne asservie s'est traduit par un plus grand nombre de membres du Congrès du Sud favorables à l'esclavage qui pourraient siéger à la nouvelle Chambre des représentants, revendiquant ainsi une part plus importante du contrôle de la politique nationale. Il a également donné aux États du Sud beaucoup plus de voix électorales aux élections présidentielles qu'ils n'en auraient eu si seules les personnes libres avaient été comptées.

À titre d'exemple, vers le bas de cette page du recensement de 1790, nous pouvons voir des chiffres spécifiques pour le ménage new-yorkais d'Aaron Burr, le troisième vice-président des États-Unis. Le recensement montre qu'il y avait quatre personnes libres vivant avec Burr et qu'il possédait également cinq êtres humains réduits en esclavage; ce qui signifie qu'une majorité des personnes vivant avec Burr ont été asservies. C'est le présenter nombre et état des personnes vivant dans son ménage; nous le savons grâce au recensement. Cependant, le système politique, économique et social de l'époque a ensuite compté ces cinq personnes asservies comme trois personnes, les privant toutes de leur pleine personnalité. Une autre façon de penser est que dans le cas spécifique du ménage de Burr, le compromis des trois cinquièmes a été effacé et a nié l'existence même de deux personnes asservies. Même si la clause des trois cinquièmes a été concoctée pour satisfaire les sudistes blancs, elle s'applique également à New York, où l'esclavage a continué jusqu'en 1827, et ailleurs dans le nord où l'esclavage existait toujours lorsque la Constitution a été rédigée en 1787.

En ce qui concerne le recensement américain, cet état de fait a persisté jusqu'à la dernière énumération avant la guerre civile, celle de 1860. Ironiquement, 1860 est la première fois que les Amérindiens étaient officiellement comptés (à condition qu'ils aient renoncé aux «règles tribales»). Entre les dénombrements de 1860 et 1870, les États-Unis ont connu une guerre civile dévastatrice (1861-1865); et encore une fois, le recensement a reflété les changements importants apportés par ce conflit fratricide, dans lequel l'esclavage était le principal casus bellis. Le recensement de 1870 est le premier dans lequel nous racontions les Afro-Américains en tant que personnes à part entière et, par conséquent, le premier qui nous permette de voir, même de manière incomplète, les conditions de la vie afro-américaine dans tout le pays. Le recensement a été l'un des moyens par lesquels les Afro-Américains ont obtenu la personnalité juridique aux États-Unis. Et, peut-être tout aussi important, le recensement a été l'une des rares institutions dans lesquelles les droits des Afro-Américains n'ont jamais été annulés avec succès. Dix ans plus tard, lors du recensement de 1880, les femmes ont été autorisées à travailler comme recenseurs pour la première fois, reflétant des tendances sociales plus larges concernant le rôle des femmes dans la société américaine. Ce sont des exemples généraux de la façon dont l'ensemble du processus du recensement, et pas seulement les données que nous pouvons obtenir à partir de son dénombrement, nous offrent un aperçu des changements sociétaux plus larges et profonds à des moments spécifiques de l'histoire américaine.

Pourtant, pour New York, nous devons nous rappeler que la caractéristique la plus saillante de notre relation avec le recensement fédéral a toujours été la préoccupation que la population de la ville soit sous-estimée. En effet, depuis le premier recensement national de 1790, la ville de New York a régulièrement contesté le décompte officiel proposé par le gouvernement fédéral, affirmant une population plus importante que celle que le gouvernement fédéral nous a attribuée. L'impact négatif d'un sous-dénombrement en termes de pouvoir politique et d'argent fédéral est significatif.

À de nombreuses reprises, la ville et l'État ont remis en question les résultats du recensement devant les tribunaux dans le cadre de poursuites judiciaires. Au 19e siècle, l'État de New York a même décidé de mener son propre recensement d'État pour avoir des chiffres plus précis sur la démographie de sa propre population. Ce recensement de l'État de New York a été mandaté par la constitution de l'État et effectué tous les dix ans, à partir de 1825, jusqu'à ce qu'il soit aboli en 1931 en raison des difficultés financières de la Grande Dépression: un autre exemple de la façon dont le contexte autour d'un processus de dénombrement reflète tendances sociétales plus larges.

Comment le recensement de 2020 va-t-il refléter le contexte COVID-19 actuel? Comment les circonstances exceptionnelles dans lesquelles le recensement se déroule dans une ville fermée de New York nous affecteront-elles au cours des dix prochaines années? Les New-Yorkais vont-ils ignorer le mandat constitutionnel de répondre au recensement étant donné le stress et les perturbations générales du moment présent? Ou bien, les New-Yorkais réagiront-ils en plus grand nombre que d'habitude précisément parce que certains sont enfermés à la maison, probablement ennuyés et n'ayant pas grand-chose à faire? Verrons-nous des différences marquées dans la participation - plus que d'habitude - entre les quartiers de la ville où les résidents peuvent généralement rester à la maison pendant l'isolement et ceux où ils sont généralement tenus d'aller travailler? Que verront les futurs historiens et chercheurs de COVID-19 dans le recensement de 2020 en ce qui concerne New York?

Les réponses à toutes ces questions restent à voir. Mais nous ne sommes pas des personnages passifs dans cette histoire; nous sommes des agents actifs du changement historique. Remplissez le recensement. Encouragez les autres New-Yorkais à le faire. Une chose est claire: nous ne devons pas laisser le virus déterminer notre avenir collectif. La pandémie nous a déjà trop pris; combattons en laissant nos chiffres être entièrement comptés. C'est, après tout, qui nous sommes: des courageux New-Yorkais.


1. Page du recensement fédéral américain du quartier sud de New York, 1790. Avec la permission de National Archives and Records Administration, Records of the Bureau of the Census, Record Group 29.

2. Dans le sens des aiguilles d'une montre à partir de la gauche: «Le ministère ne parvient pas à ajuster le recensement pour refléter notre population minoritaire», par Peter L. Zimroth, Newsday, 2 mai 1988.

«Apprenez à compter, Feds Warned», par Bob Liff, Newsday, 20 décembre 1989.

«Dave et Mario« non-recensement »: le sous-dénombrement fait partie d'un complot anti-urbain», par Richard Steier, New York Post, 30 août 1990.

Avec la permission des Archives municipales de New York. Photo: Brad Farwell / Musée de la ville de New York.

3. Recensement de la police de New York, 1890. Avec la permission des Archives municipales de New York. Photo: Brad Farwell / Musée de la ville de New York.


Monxo López est boursier postdoctoral de la Fondation Andrew W. Mellon du Musée de la ville de New York. Le Dr López a aidé à organiser l'exposition actuelle Qui nous sommes: visualiser NYC en chiffres.

Par Monxo López, boursier de recherche postdoctoral de la Fondation Andrew W. Mellon

Rejoignez MCNY!

Vous voulez des billets gratuits ou à prix réduit, des invitations à des événements spéciaux et plus encore?