Les enseignants explorent les données et le recensement

Vendredi 13 mars 2020 par Dan Ewert

À une époque où les décideurs politiques et les entreprises utilisent les données pour prendre des décisions qui affectent la santé, la sécurité et les perspectives de vie des personnes dans le monde, apprendre à réfléchir soigneusement aux promesses et aux dangers des données devient une forme d'alphabétisation cruciale pour les 21st siècle. Cela est particulièrement vrai alors que New York se prépare pour le recensement des États-Unis de 2020, une entreprise massive qui déterminera la représentation de New York à la Chambre des représentants des États-Unis, ainsi que sa part des plus de 650 milliards de dollars de dépenses fédérales qui sont réparties selon les données du recensement.

Malgré son importance, rendre quelque chose d'aussi abstrait que les données et le recensement concret pour les élèves peut être un défi. Dans un programme récent pour les enseignants du Musée intitulé «Les données, le recensement et nous», mes collègues et moi du Frederick AO Schwartz Education Center du Musée ont travaillé avec des éducateurs de la maternelle à la 12e année de New York pour étudier des stratégies qui peuvent donner vie aux données. dans la classe. La journée a été l'occasion de mettre en évidence le rôle souvent caché des données dans le façonnement du passé et du présent de New York, permettant aux participants de réfléchir sur la capacité des données à nous dire qui nous sommes en tant que ville. Nous avons également exploré des histoires qui montraient comment les données ont été utilisées pour justifier des politiques discriminatoires telles que la redlining et le gerrymandering, et comment les militants de New York ont ​​appris à contester ces utilisations inéquitables des données pendant l'ère des droits civiques. Ces thèmes ont été inspirés par l'exposition du Musée, Qui nous sommes: visualiser NYC en chiffres, qui a été lancé en prévision du recensement de 2020 et met en valeur le travail d'artistes, de designers et d'analystes de données qui interprètent de manière créative des données à travers des cartes, du son et même des œuvres de fiction.

Les participants discutent d'une carte utilisant des épingles et des perles de différentes couleurs pour montrer leur quartier de résidence, la durée du trajet et l'emplacement du lieu de travail pour analyser les habitudes de déplacement.
Les enseignants et le personnel du Musée dans le cadre d'un programme récent, «Les données, le recensement et nous», étudient les moyens de donner vie aux données en classe.

Le programme a commencé par une allocution sur le controversé recensement américain de 1970, qui a eu lieu à un moment où la ville de New York perdait rapidement des personnes et des emplois manufacturiers dans des États dits «Sunbelt» comme la Californie et le Texas, qui se sont développés rapidement dans les années qui ont suivi. La Seconde Guerre mondiale. Des politiciens comme Shirley Chisholm, qui est devenue en 1968 la première femme noire élue à la Chambre des représentants des États-Unis, se sont inquiétés du fait qu'un sous-dénombrement de New-Yorkais dans le recensement accélérerait le déclin de la ville. Chisholm est devenue une porte-parole de l'importance de la participation au recensement, travaillant même comme recenseuse dans son district du Congrès de Brooklyn pour s'assurer qu'un sous-dénombrement ne privait pas ses électeurs du pouvoir politique et des ressources économiques qui leur étaient dus. Dans les années qui ont suivi le recensement américain de 1970, les New-Yorkais ont continué de se plaindre que le recensement les sous-estimait et se sont mobilisés pour assurer un dénombrement plus précis des quartiers diversifiés et denses de la ville.

Après la conférence, les éducateurs se sont divisés en groupes et ont effectué une rotation à travers une collection de visites visant à examiner comment les données ont façonné la ville de New York et deux ateliers qui ont modélisé les activités que les éducateurs pourraient utiliser pour donner vie aux données dans leurs propres salles de classe. Un de mes collègues a mené une visite des coulisses du Qui Nous Sommes, et un autre a dirigé des éducateurs à travers un groupe spécialement sélectionné d'artefacts et de visualisations de données dans Ville du monde et Future City Lab—Deux des trois galeries qui font partie de l'exposition New York à son noyau- inciter les participants à réfléchir à la manière dont les données peuvent aider New York à se préparer aux défis du 21st siècle.

Un groupe d'enseignants explore l'exposition du musée "Qui nous sommes: Visualiser NYC en chiffres"
Les enseignants explorent l'exposition "Qui nous sommes"

Dans l'un de nos ateliers, les enseignants se sont plongés dans les sources primaires en comparant les formulaires de recensement de 1900 et 2020, en considérant comment les questions qu'ils posaient rendaient les situations et les identités des personnes en données. Les participants ont discuté de ce que nous pouvons et ne pouvons pas apprendre sur la vie des gens à partir de brèves entrées sur un formulaire de recensement, et comment les catégories raciales du recensement ont changé au cours des 120 dernières années.

Un enseignant examine un formulaire de recensement de 1900 rempli dans un atelier comparant les recensements de 1900 et 2020
Un enseignant examine un formulaire de recensement de 1900 rempli dans un atelier comparant les recensements de 1900 et 2020

Dans un autre atelier pratique, les éducateurs ont généré leurs propres données en répondant à une enquête sur tout, de leurs déplacements à leurs attitudes sur l'avenir de New York. Ils ont ensuite tracé leurs réponses à l'aide de trois visualisations de données prêtes pour la classe qui nous ont lancés dans une discussion animée sur les modèles et les tendances qui ont émergé en regardant notre collectif réponses Parce que les participants ont généré eux-mêmes les données et les visualisations, notre discussion a pu décortiquer les expériences complexes et parfois ambiguës du monde réel qui sont simplifiées lorsque nous devons les transformer en données. Les participants ont acquis de l'expérience en interprétant la «vue d'ensemble» qui se dégage des visualisations de données, mais aussi en réfléchissant aux questions que les visualisations de données peuvent laisser sans réponse et sans explication.

Les enseignants discutent d'une visualisation des données qui utilise des brins de fil pour tracer leurs réponses aux questions sur leurs attitudes envers le présent et l'avenir de New York
Les enseignants discutent d'une visualisation des données qui utilise des brins de fil pour tracer leurs réponses aux questions sur leurs attitudes envers le présent et l'avenir de New York

Avec des milliards de dollars de financement fédéral et potentiellement plusieurs sièges du Congrès en jeu, la participation des New Yorkais au recensement de 2020 aura de puissants impacts sur la ville pour les années à venir. Plus largement, comprendre comment les données sont collectées et utilisées nous permettra d'exercer un contrôle plus démocratique sur les «mégadonnées» qui façonneront l'avenir de notre ville et de notre monde. Grâce à des programmes comme «Data, the Census, and Us», le Musée espère donner aux enseignants les outils nécessaires pour avoir des conversations significatives avec leurs élèves qui relient les données à l'histoire du passé, du présent et du futur de notre ville.

Par Dan Ewert, boursier pré-doctoral de la Fondation Andrew W. Mellon

Rejoignez MCNY!

Vous voulez des billets gratuits ou à prix réduit, des invitations à des événements spéciaux et plus encore?