Une conversation autochtone sur les Indiens urbains

Jeudi 19 décembre 2019 par Stéphanie Luciano

Notre Histoire
Artistes de l'exposition, Women of Sweetgrass, Cedar and Sage, amis et membres de la communauté devant la galerie American Indian Community House, 1985. Photo de Jesse Cooday.

Afin d'en apprendre davantage sur les communautés amérindiennes et leur histoire, la stagiaire en éducation et marketing Stephanie Luciano a interviewé des éducateurs et des conservateurs qui ont contribué à l'ouverture de la récente exposition. Indien urbain: Native New York maintenant au Musée de la ville de New York. En écoutant ces interviews, vous découvrirez les antécédents de chaque individu dans les études amérindiennes et comment cette exposition reflète leurs points de vue personnels et professionnels.



Il n'est pas courant de sortir de ma zone de confort et de permettre au public d'écouter plutôt que de lire mon travail. Mais j'ai senti qu'il fallait être entendu et regarder de plus près la façon dont les Amérindiens façonnent notre ville branchée.

Je me suis retrouvé dans les coulisses de cet épisode et j'ai parlé à des personnes passionnées par la diffusion des connaissances des autochtones dans notre ville et leur permettant de partager leurs histoires:

Rebecca Jacobs, boursière postdoctorale Mellon 2017-2019 qui a co-organisé l'exposition précédente Germ City: les microbes et la métropole et maintenant co-commissaire de Indien urbain: Native New York maintenant. Elle a obtenu son doctorat. en études américaines de l'Université de Yale, avec une concentration en sciences humaines publiques.

Rick Chavolla, qui a été dans l'éducation pendant la majeure partie de sa carrière professionnelle. Il a quitté son emploi à temps plein à NYU pour faire du conseil par lui-même et fait maintenant partie de plusieurs conseils d'administration, comme l'American Indian Community House, qui en est le président.

Et Pilar Jefferson, qui travaille en tant que coordonnatrice de l'éducation au Musée depuis 2015. Au collège, elle a étudié l'histoire de l'art, mais a toujours eu un intérêt pour la culture à travers l'art pour se développer et raconter une histoire sur les personnes marginalisées.

J'ai tourné Indien urbain comme trois personnes différentes; un visiteur, un éducateur et un intervieweur. J'ai été intrigué par la visite de l'exposition; lire sur chaque objet et formuler son objet dans le musée. En tant qu'éducateur, je regardais à travers l'objectif de l'artiste, notant ce qui m'avait le plus marqué et élaborant un scénario pour les élèves. En tant qu'intervieweur, ce qui restait était l'essence de l'exposition. Que voulais-je savoir cela n'était pas dit en profondeur?

J'ai exploré le sujet des Amérindiens dans ma ville. On nous enseigne sur les Amérindiens dans l'histoire, mais où sont-ils aujourd'hui? Indien urbain: Native New York maintenant "Est vraiment moins un spectacle sur les autochtones, il s'agit de New York et de mieux comprendre la ville à travers des perspectives autochtones."



Stephanie est étudiante de premier cycle au Collège Lehman et poursuit un baccalauréat ès arts en journalisme avec des mineurs en communication avec les médias et en administration des affaires. Elle a commencé son stage au musée en 2017 et est revenue au début de l'année pour effectuer un stage en éducation et en marketing. Ses intérêts résident dans la culture pop et le divertissement, mais elle trouve important de comprendre la ville de New York à travers les arts. Auparavant stagiaire pour un journal local dans le Bronx et ayant plusieurs projets de production à côté, elle pense que le musée a aidé à renforcer son engagement avec le public. Stephanie ne sait pas où elle ira ensuite, mais elle sait qu'elle a une perspective plus large sur New York et les gens qui y vivent.

Par Stephanie Luciano, stagiaire en éducation

Rejoignez MCNY!

Vous voulez des billets gratuits ou à prix réduit, des invitations à des événements spéciaux et plus encore?