Garde pour une nuit, raconté par deux registraires

Jeudi 7 décembre 2017 par Madeleine Hazelwood et Miranda Hambro

En tant que membres du personnel du Département des collections, notre travail se déroule principalement dans les coulisses. Nous sommes chargés du soin des collections du Musée et des prêts entrants pour les expositions, mais nous interagissons rarement avec le public. De temps en temps cependant, notre chef des opérations sonne l'appel de toutes les mains sur le pont lorsque le Musée organise des événements avec une grande participation prévue. C'est au cours de ces événements que nous avons l'occasion de découvrir le travail du musée sous un angle différent, de monter la garde dans les galeries et de se mêler aux visiteurs.

Tout en servant de garde pour Rythme et puissance: Salsa à New York, le registraire Miranda raconte une interaction typique des visiteurs.

Visiteur: «Oooh, qu'est-ce que c'est? Est-ce vraiment la veste de Tito Puente? »

Miranda: "Oui, et il y a ses chaussures et ses timbales!"

J'étais heureux de pouvoir signaler des éléments susceptibles d'intéresser ce visiteur et de rendre leur expérience encore plus stimulante. C'est formidable de voir que tout le travail que nous avons fait pour créer le spectacle en vaut la peine, et les gens sont intéressés par les histoires que nous racontons. J'ai demandé à un homme de retirer son sac à dos et de le tenir à ses côtés ou de le porter sur le devant. "Pourquoi?" "Alors tu ne croises pas d'autres personnes ou des objets" "Oh!" Il sourit et s'exécuta instantanément. J'ai demandé la même chose à une autre femme, et elle a répondu: «Ça va, je vais juste partir.» Revenez, visiteur! Nous ne voulons pas que tu partes! Même s'il semble que les demandes soient inutiles, elles sont vraiment là pour une raison. Veuillez apprécier les expositions, mais soyez également attentif aux personnes et aux objets qui vous entourent.

Pourquoi tant de règles ???

En tant que registraires, nous nous soucions toujours de la sécurité et de l'entretien des œuvres exposées dans les galeries. Certaines précautions sont prises lors de l'installation pour protéger les œuvres d'art contre les dommages, mais parfois toucher un objet peut être irrésistible pour les visiteurs. Une fois l'exposition ouverte au public, les gardiens de la galerie protègent attentivement les œuvres d'art de toutes les mains errantes; mais c'est lors de grands événements que notre position de greffiers entre en jeu. En plus de nos gardes réguliers, le personnel des Collections sert d'œil et d'oreille supplémentaires sur les sols de la galerie, surveillant les objets précieux. Plus de personnes sont égales à plus de mains!

Les règles suivantes nous aident à protéger les œuvres d'art contre tout dommage:

  • Pas de nourriture ou de boissons dans la galerie. Vous ne savez jamais quand vous allez trébucher sur vos propres pieds et cette bouteille d'eau que vous pensiez bien vissée s'envole dans les airs.
    Une photo d'un photographe inconnu de [Gilda Radner dans "Gilda Radner - Live From New York"] en 1979.
    Inconnue. Gilda Radner dans "Gilda Radner - Live From New York". 1979. F2013.41.2656
  • Pas de photographie au flash. Les lumières vives endommagent les objets fragiles.
    Erika Stone. Photographier Nun, McArthur Parade, NYC. 1950. Musée de la ville de New York. 2012.3.1
  • Pas de toucher aux objets. Les doigts laissent de l'huile sur les surfaces, endommageant définitivement l'œuvre d'art.
    Arnold Eagle. Projet d'art fédéral. Exposition d'art sur le trottoir. 1935. Musée de la ville de New York. 43.131.11.398
  • Ne pas fumer ni vapoter (y compris les e-cigarettes). Avez-vous déjà vu la peinture murale décolorée dans les maisons des gros fumeurs? Cela peut aussi arriver aux objets de musée.
    Arnold Eagle. Untitled [Homme fumant lors d'une discussion politique de gauche, Union Square]. C. 1940. MCNY. 95.99.22
  • Pas de course ni de cheval dans les galeries. Nous voulons que nos visiteurs profitent de leur temps pour visiter le Musée, mais les roues de joie doivent être faites à l'extérieur!
    Leonard Freed. New York, 1978. 1978. Musée de la ville de New York. 2011.7.26
  • Les sacs à dos doivent être portés à l'avant du corps ou sur une épaule. Les gens oublient souvent l'espace qu'un sac à dos prend derrière eux. En transportant des sacs à dos sur le devant du corps ou sur une épaule, le transporteur ne retournera pas accidentellement dans une sculpture ou une peinture avec son sac en essayant de prendre le selfie convoité.
    Leon Levinstein (1910-1988). Sans titre (femme appuyée contre un mur). 1970-1980. Musée de la ville de New York. 99.116.10

    Nous sommes heureux de voir ce que nos visiteurs et ce que voit notre personnel de front. Nous passons tellement de temps à mettre les objets en place et à penser à leur sécurité, qu'il est toujours agréable de les voir appréciés.

    Arrêtez-vous au Musée pour découvrir notre dernière expositions et événements, et peut-être que nous vous verrons dans les galeries!

Par Madeleine Hazelwood et Miranda Hambro

Rejoignez MCNY!

Vous voulez des billets gratuits ou à prix réduit, des invitations à des événements spéciaux et plus encore?