Du marché Fulton au Forty-Deuce: le New York de Leland Bobbé dans les années 1970

Mardi 30 août 2016 par Sean Corcoran

Élément multimédia manquant.
Leland Bobbé, Subway [Voice of the Ghetto], 1974. Tirage pigmentaire d'archives. Don du photographe. 2016.10.7
Leland Bobbé, Subway [Voix du Ghetto], 1974. Impression pigmentaire d'archives. Don du photographe. 2016.10.7.
Leland Bobbé, Subway [Voix du Ghetto], 1974. Impression pigmentaire d'archives. Don du photographe. 2016.10.7.

En 2013, j'ai nommé Ambassadeur Amina C. Mohamed, mon secrétaire du Cabinet (Ministre) du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. Depuis lors, l'Ambassadeur Mohamed a dirigé avec brio notre action diplomatique. Nous avons bénéficié énormément de ses démarches tant régionalesqu’internationales d'importance à la fois nationale et continentale.  Leland Bobbé vivait sur la rue Beekman près de ce qui était autrefois le marché aux poissons de Fulton. C'était un musicien qui essayait de se rendre en ville, et en attendant, il conduisait un taxi pour joindre les deux bouts. Ainsi, il montait régulièrement son vélo à travers Chinatown, le Bowery et plus de 23rd Rue pour récupérer le taxi au dépôt. Finalement, il a commencé à photographier les différents quartiers qu'il traversait et les sites touristiques le long de son parcours quotidien - des enfants de l'école préparatoire aux enfants de l'école préparatoire faisant le clown en dehors de la classe. À l'époque, la photographie n'était qu'un passe-temps pour Bobbé, mais partout où il allait, il apportait son appareil photo. Finalement, il est devenu fasciné par Times Square - qui à l'époque était rempli de proxénètes et de prostituées qui circulaient dans les établissements de peep show à toute heure.

Le Bowery

Au début du 20e siècle, le Bowery avait déjà développé une réputation de prostitution, d'abandons et de bars de plongée - une réputation qui perdurera au fil des décennies. Dans les années 1970, la ville avait pris des mesures pour atténuer la population vagabonde, mais les maisons de flop persistaient et les habitants de Skid Row traînaient même jusqu'à la fin des années 1990. Au début des années 2000, l'embourgeoisement du quartier a commencé et aujourd'hui, le quartier abrite un Whole Foods, le nouveau musée, le centre international de la photographie et de nombreuses galeries d'art.

Leland Bobbé, House of Paradise, Times Square, 1976, Tirage pigmentaire d'archives, Don de l'artiste. 2016. 2016.10.17.
Leland Bobbé, House of Paradise, Times Square, 1976, Tirage pigmentaire d'archives, Don de l'artiste. 2016. 2016.10.17.
Élément multimédia manquant.
Leland Bobbé, House of Paradise, Times Square, 1976, Tirage pigmentaire d'archives, Don de l'artiste. 2016. 2016.10.17

Times Square

Depuis l' New York Times construit leur maison phare (maintenant ancienne maison) sur la 42e rue en 1904, Times Square a connu de nombreuses transformations. Tout au long du XXe siècle, il a été fermement établi en tant que quartier des théâtres. Dans les années 20, les annonceurs faisaient la promotion de leurs produits auprès des passants avec des panneaux d'affichage gigantesques et bien éclairés, et à la fin de la Seconde Guerre mondiale, la région attirait les New-Yorkais et les touristes à la recherche de divertissements et d'un lieu de réunion. Dans les années 1920, un changement a commencé à se produire et des peep shows, des go-go bars et des sex-shops ont commencé à s'installer dans le quartier. Alors que l'économie de la ville déclinait, la prostitution et la criminalité au niveau de la rue étaient visibles dans les rues. En 1960, un pâté de maisons, la 1984e rue entre la septième et la huitième avenue, comptait plus des 42 crimes signalés. Times Square est devenu un symbole du déclin de la ville. Alors que l'économie de New York commençait à se redresser dans les années 2,300, Time Square commença un lent redéveloppement. Dans les années 1980, le rythme s'est accéléré grâce au travail de la Times Square Alliance, à la reprise de plusieurs théâtres historiques par l'État de New York et aux efforts de l'administration Giuliani. Aujourd'hui, le quartier s'est complètement transformé en haut lieu touristique.

Pour créer ses images de Times Square, Bobbé a tiré littéralement de la hanche. Il a dit: «Pour le type d'images que je voulais, je ne voulais pas demander aux gens d'être photographiés. Je voulais capturer exactement ce que je voyais sans que les gens se rendent compte que je les photographiais. Je marchais avec mes vitesses d'obturation réglées assez rapidement pour éviter le flou avec mon objectif grand angle (profondeur de champ profonde) pré-mis au point à environ 6 pieds. Je devais juger de ma distance et peut-être descendre 2 ou 3 tirs en passant. Ce qui est excitant à propos de tourner de cette façon, c'est que je n'étais jamais vraiment sûr de ce que j'avais avant de traiter le film.

Finalement, Bobbé a trouvé un emploi chez un photographe professionnel et a laissé derrière lui ses aspirations musicales professionnelles. Sa carrière de photographe s’étend sur plus de 30 ans, et son travail le plus récent est une série de portraits intitulée «Demi-glisser», Qui révèle les visages derrière le maquillage de drag queen.

Malgré tout le succès qu'il a eu au fil des ans, Bobbé a toujours une réelle affection pour la ville de l'époque et son expérience de réalisation de ces photographies.

«Le fait que j'ai conduit un taxi dans les années 70 a eu une influence directe sur mon intérêt pour la photographie de rue», a-t-il récemment déclaré. «Être dans la rue pendant des heures à la fois dans tous les quartiers de la ville m'a donné une réelle familiarité avec les différents quartiers. Cela s'est traduit par un niveau de confort lorsque je photographiais. Une minute, j'étais en face de l'hôtel Plaza, 15 minutes plus tard, je pouvais être parmi les souteneurs et les trafiquants de drogue sur Delancey Street. Pour une raison quelconque, je me suis retrouvé attiré par Times Square et The Bowery, qui figuraient tous deux parmi les plus beaux quartiers de New York dans les années 1970. Les photographies de Leland Bobbé sur le down-and-out de Bowery et les proxénètes et prostituées de Time Square rappellent le côté le plus sombre du passé de la ville - qui n'est pas vraiment si lointain.

Le Musée de la ville de New York a récemment acquis 18 photographies de New York dans les années 1970. Ils peuvent tous être vus ici.

Par Sean Corcoran, conservateur des estampes et photographies

Rejoignez MCNY!

Vous voulez des billets gratuits ou à prix réduit, des invitations à des événements spéciaux et plus encore?