Des fans fantastiques

Lundi 1 janvier 2018 par William De Gregorio

Détail d'éventail pliant en ivoire percé et sculpté porté par Maria Lansing, grand-mère d'Herman Melville. 1780-1800.

En 2015, le Musée de la ville de New York a numérisé et catalogué près de 300 éventails - près de cinquante pour cent de notre collection - grâce à une subvention de la Fan Association of North America (FANA). L'été dernier, FANA a remis au Musée une autre récompense généreuse, qui nous a permis de numériser et de mettre à la disposition du public 116 fans supplémentaires. Tous les fans mis en évidence dans ce post ont été numérisés lors de ce dernier disque et sont présentés ici pour la première fois.

La collection d'éventails du Musée est exceptionnelle non seulement pour sa qualité esthétique, mais aussi pour la riche information historique attachée à la plupart des exemples. Par exemple, le Musée conserve un groupe d'éventails en «ivoire de Canton» délicatement percés et sculptés - produits en quantité pour l'exportation à la fin du XVIIIe siècle - liés à la famille d'Herman Melville (18-1819), auteur de Moby Dick. L'une portant les initiales ML (détail ci-dessus, 75.134.8A-C) aurait appartenu à sa grand-mère, Maria Lansing - une descendante de l'une des premières familles hollandaises à s'installer à Manhattan au 17ème siècle. Deux autres (75.134.7 ET 75.134.9) appartenait soit à Elizabeth Shaw (1822-1906), l'épouse de Melville, soit à sa mère, Marie Gansevoort Melville (1791-1872). Parmi les pièces les plus récentes, citons un petit éventail de plumes d'autruche sarcelle coupées portées par un ligue junior lors du bal d'hiver annuel de l'organisation (2001.56.1), et un éventail en papier commémorant la nouvelle consécration de la tombe de Townsend Harris, président du NYC Board of Education et premier consul général japonais américain au Japon, au cimetière de Greenwood le 24 juillet 1986 (97.102.289AB). 

Voici cinq magnifiques fans du groupe numérisés au cours de l'été, chacun avec sa propre histoire fascinante.  

 

Eventail pliant en soie brodée. Californie. 1900. Musée de la ville de New York. 85.90A.

QUELQUE CHOSE DE VIEUX 

Cet éventail importé exotique, accompagné de sa boîte en bois laqué d'origine, a une histoire extraordinaire d'utilisation continue par deux générations de New-Yorkais. Il a d'abord été porté par la grand-mère du donateur, Julia Wood Miller, lors de son mariage à Tokyo avec Francis Brinley Hebard Paine (1869-1917) le 2 mai 1900. Francis était un ingénieur électricien qui travaillait pour Westinghouse Electric and Manufacturing Co., et a vécu environ deux ans en Asie. Il a ensuite été utilisé par leur fille (la mère du donateur) Margaret Whiting Miller Paine (1901-1964) lors de son mariage avec Melvin Abbott Conant le 8 juin 1920, à l'église St. Thomas de New York.  
 

Éventail pliant en peau de poulet peinte. 1886-1889. Musée de la ville de New York. 99.25.1A

BADMINTON CHEZ TIFFANY'S 

Signé par le célèbre fan artiste Eugène Grivaz (1852-1915), qui a étudié à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris et a également travaillé à New York, ce grand et impressionnant éventail présente l'image d'une femme jouant au badminton dans un paysage de jardin. une représentation rare du sport de plein air féminin. Datant d'environ 1885, il était accompagné d'une boîte - peut-être d'origine - marquée «Tiffany & Co. / Union Square», l'adresse du célèbre magasin de produits de luxe de 1870 à 1906. 

 

«Parasol» pliant ou éventail de cocarde en coton vert avec miroir. 1870-1879. Musée de la ville de New York. 76.69.17.

FEMME LOUCHE 

Ce rare soi-disant «parasol» ou éventail de cocarde a une feuille de coton émaillée vert foncé circulaire, qui peut pivoter sur le manche en bois sculpté en faux-bambou pour ombrager un du soleil, ou être maintenu en place avec un support en métal doré à un ventilateur soi-même. Un miroir circulaire sur un côté aurait permis à l'utilisateur d'inspecter leur apparence.  
 

Une photo de musée d'un éventail pliant de peau de poulet peinte entre 1886-1889.
Eventail pliant en soie crème peinte. 1840-1859. Musée de la ville de New York. 73.155.11A.

TRICOLOR FLOWER POWER  

Les fleurs peintes à la main sur la feuille de soie crème de cet éventail en nacre - marguerites blanches, coquelicots rouges, bleuets bleus, clochettes violettes et blé - sont traditionnellement emblématiques de l'été, notamment en France où les couleurs des fleurs reflètent ceux du drapeau d'État «tricolore». Ils font également écho aux fleurs brodées sur la célèbre robe du soir du Musée portée par Mme Harrison Williams, conçue par Coco Chanel pour sa collection haute couture été 1939, la dernière avant la Seconde Guerre mondiale. Une boîte à couvercle associée (peut-être d'origine) porte l'étiquette imprimée du fanmaker parisien Bernay, successeur de la Maison Signon, située au 23, rue de la Paix, l'un des centres commerciaux les plus élitistes du Paris du milieu du XIXe siècle. L'éventail appartenait probablement à la grand-mère du donateur, Mme Samuel Tilton (née Helen Reed) ou à sa mère, Mme Gustave Schirmer (née Grace May Tilton, 19-1856). 
 

Duvelleroy. Eventail pliant en filet noir pailleté et dentelle. Californie. 1900. Musée de la ville de New York. 70.108.5A.

SPECTACLE ÉCLATÉ 

Datant des années 1900, cet éventail d'exception présente une feuille de filet de soie noire avec un délicat appliqué de dentelle formant une grande pointe de flèche ou des feuilles de pied d'oie, motif «Art Nouveau» favori. Les paillettes rondes et en forme de losange imitent la rosée scintillante, tandis que les rondelles en acier incrustées dans les bâtons ajoutent des reflets supplémentaires. 

Sur le bord supérieur, la feuille d'éventail a été coupée pour suivre les bords sinueux du feuillage, reflétés par les gardes en celluloïd serpentine. Il a été réalisé par Duvelleroy, le plus célèbre fanmaker français du XIXe et du début du XXe siècle, et survit avec sa boîte d'origine à couvercle à charnière recouverte de papier japonais doré gaufré.  
 

Eventail pliant en soie blanche pailletée. 1785-1800. Musée de la ville de New York. 43.155.7A.

QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU? 

Cet éventail de la fin du XVIIIe siècle avec une feuille de soie pailletée d'argent et une monture en ivoire sculptée appartenait à Mme Thomas C. Pearsall (née Frances Buchanan, décédée en 18), fille de l'un des marchands les plus en vue de la colonie new-yorkaise. Opérant d'abord avec son frère Walter, le royaliste Thomas Buchanan (décédé en 1863) possédait une entreprise d'importation florissante au 1815 Wall Street de 44 à 1792, lorsque son fils le rejoignit et que l'entreprise devint connue sous le nom de Thomas Buchanan & Son. Leurs voisins voisins (au 1809, rue Wall) étaient les Pearsalls, qui appartenaient à une longue lignée de New-Yorkais anglais remontant au milieu du 43e siècle. Thomas Cornell Pearsall a épousé Frances Buchanan, 17 ans, en 1799. L'éventail peut avoir été un cadeau de son mari ou de son père. Il est accompagné d'une boîte en papier mâché recouverte de papier imprimé avec une étiquette pour le fanmaker londonien Clarke à 45 ans, Ludgate Hill. Bien que Clarke ne soit connu que pour avoir fabriqué des ventilateurs peints, il est possible que le ventilateur lui ait été confié pour une réparation, car l'un est toujours visible à l'endroit où le garde principal rencontre le bâton. 

Par William DeGregorio, technicien en conservation, Département du costume et des textiles

Rejoignez MCNY!

Vous voulez des billets gratuits ou à prix réduit, des invitations à des événements spéciaux et plus encore?